Pour zoomer cliquez sur l'image
 
MAITRE DE FRANCFORT
L'Adoration des Bergers

Pays-Bas septentrionaux
16e siècle

Huile sur bois
Hauteur en m. 0,71 Largeur en m. 0,75
Peinture

Ancienne appartenance : Don Vuillemot et Duflot en 1888

Ce peintre des Pays-Bas du Sud tire son nom de deux tableaux commandés par une communauté religieuse et un bourgeois de Francfort (le triptyque Humbracht, Städelsches Kunstinstitut, Franckfort, et la Sainte Parenté, au musée historique de la même ville). Son oeuvre assez abondante prolonge jusqu'au 16e siècle la grande tradition flamande de Rogier van der Weyden et Hugo van der Goes. A la tête d'un atelier très productif le Maître de Francfort appartient à cette génération de peintres qui affirmèrent la grande tradition picturale d'Anvers. Cette Adoration des bergers est caractéristique de l'art du peintre qui se souvient de Van der Goes dans la représentation de l'architecture avec notamment cette fenêtre où apparaissent deux bergers ou certains détails comme le traitement des mains de la Vierge. Mais l'ensemble de la composition est plus proche encore d'une oeuvre perdue de Jan Joest, une Nativité nocturne. Plusieurs versions ont été rapprochées de ce modèle dont un tableau du Metropolitain Museum de New-York (inv. 1975. 1116) (Voir Ainsworth), attribué à l'atelier du Maître de Francfort. Cette dernière oeuvre qui comporte un plus grand nombre de personnages, quoique d'un format plus petit, est aussi plus dure dans son graphisme que la version Valenciennes, elle présente la particularité de situer la scène en plein jour. Pour Ainsworth notre panneau serait une des plus anciennes oeuvres connues du maître. Le style en est bien représentatif avec les personnages de la Vierge et de Joseph qui présentent cette lourdeur paysanne et cet aspect massif souvent observé. Patrick Ramade

Valenciennes, Musée des Beaux-Arts
Numéro d'inventaire : P 46.1.268